société

A la rencontre de Jolly Kamuntu,une référence pour la jeunesse !

«Travailler plus pour être le meilleur dans tout ce que l’on entreprend»,Cette citation résume mieux la vision et le désir de mieux faire de Jolly Kamuntu, une dame au caractère tenace auréolée d’un courage sans mesure toujours au service de sa nation. Vôtre journal dresse le portrait de cette dame qui inspire plus d’un jeunes croyant au changement positif grâce à l’autonomie pour participer au développement du pays.

Engagée depuis plusieurs années pour une société plus égalitaire, diplômée en droit public de l’Université Officielle de Bukavu avec plusieurs formations connexes dans le leadership à impact  stratégiques dans la prestigieuse Université de Yale  aux Etats-Unis, l’ancienne journaliste vedette à la Radio Maendeleo, coordinatrice de l’organisation non gouvernementale Karibu Jeunesse Nouvelle « KJN » œuvrant pour la promotion du leadership et l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes, une dame aux allures des grands car ayant gravis presque tous les échelons de la hiérarchie dans sa vie professionnelle

Au teint clair et toujours souriante madame Jolly Kamuntu est née à Bukavu dans la partie orientale de la République Démocratique du Congo, issue d’une famille modeste de huit en enfants dont elle est la cadette Jolly Kamuntu renseigne qu’elle a entamé le métier de journalisme par passion car depuis son enfance elle rêvait de devenir journaliste

Le Journalisme, une profession exercée par passion !

Dès les premiers heures dans le monde académique, Jolly Kamuntu prestait en bénévole à la Radio Maria qui venait d’ouvrir les portes en ville de Bukavu avant d’être recrutée par la Radio Maria  Mondiale comme collaboratrice externe avant d’intégrer la production.

«Pendant que j’étais à l’Université il y avait la radio Maria la radio de l’église catholique qui avait annoncé l’ouverture des ses portes et qui demandait  à ce que les jeunes se fassent recruter pour commencer les premières émissions et pour moi c’était une opportunité de faire le métier du journaliste qui me tenait à cœur et en étant à l’université je suis allé déposer ma candidature à radio Maria comme bénévole»

Les cours combinés au journalisme

 « Cette période n’a pas été facile car il fallait que très tôt le matin  je sois  à 5h à la radio et à 8h je devais être à l’auditoire et à 13 je devrais rentrer à la radio et à 14 je devais rentré  à l’auditoire et à 17h encore à la radio jusqu’ à 22h et j’ai bosse dans ce rythme pendant deux à trois  ans avant d’être embauche à la radio mandale comme collaboratrice extérieure et au bout d’un temps j’ai été recruter comme journaliste productrice  »a-t-elle affirmée

Par ailleurs de la Radio Maria à la Radio Maendeleo en passant comme correspondante de la Voix de l’Amérique, Jolly Kamuntu a dégustée la quasi totalité des support d’information que requiert la profession un moment inédit qui a donné un d’accélérateur à sa carrière de journaliste avant de gravir tous les échelons de la hiérarchie jusqu’à devenir directrice au sein de la radio Maendeleo

Vue de madame Jolly Kamuntu lors de son passage en Italie

«j’ai été promue comme chef de programme et information de la Radio Maendeleo et c’était une première parce que depuis la création de la radio  aucune femme n’avais jamais occupe ce post car la femme qui était là elle était la rédactrice en chef et elle déjà parti ;après cette promotion que moi j’appelé une promotion liée à la méritocratie mais pas une faveur que j’avais reçue mais le fruit de mon travail que je faisais avec professionnalisme et abnégation  courage et sacrifice aussi ; Au bout de deux ans comme chef de programme j’ai également étais promue comme directrice de la radio car le directeur qui était là avait embrassé la carrière politique et en principe c’est le chef de programme qui devrait le remplacer »

Quel regard sur le métier de journaliste au sud Kivu

Même si elle ne  se trouve presque plus dans les médias Joly Kamuntu suit de près ce qui se passe dans ce métier qui est aussi le sien, elle  pense que les médias ont  considérablement  évolué en ce qui concerne le traitement de l’information vue le pluralisme  médiatique :

« Je pense que c’est pas une mauvaise choses  qu’on ait un pluralisme médiatique parce que quand nous on avait commencé c’était ça le rêve car vous vous rappelait que les années 1990 ont avait seulement la RTNC qui avait le monopole de l’information et dans cette situation l’information était bouffée car tout le monde n’avait pas la porte ouverte à l’Orzt actuellement Rtnc pour moi la prolifération de médias ne pas un problème à condition que les journalistes soient formés en respectant l’éthique et la déontologie du journaliste congolais »sa-t-elle renchérit  

 Karibu Jeunesse Nouvelle,une contribution à l’encadrement des jeunes et femmes !

A en croire madame Jolie Kamuntu la création de Karibu Jeunesse Nouvelle « KJN » est venue de sa routine quotidienne comme journaliste au moment elle allait à la rencontre de toutes les couches de la population surtout les jeunes  et les femmes :

« J’ai circulé carrément le trois quart de la République Démocratique du Congo pour faire de reportages, j’ai rencontré des jeunes ; des femmes et à un certain moment de ma carrière je produisais des émissions pour les femmes victimes de violences sexuelles ;les émissions pour les jeunes et ça m’a fait des réflexions et en moi-même je me disait qu’est-ce que je peux faire d’autres pour améliorer leurs conditions au-delà de leur accorder la parole a travers le  micro car c’est la seule arme que  j’avais en main à l’époque »

Vue de madame Jolly Kamuntu lors des activités agricoles..

En dehors du micro, Jolly Kamuntu fait de son mieux pour améliorer la situation des jeunes et femmes

« Mais aussi  je pouvais aussi faire un projet pour l’entrepreneuriat des jeunes ,je pouvais aussi encadrer la jeunesse dans le football ,l’agriculture et l’élevage et pour moi c’était quelques choses cde plus que le micro et c’est ainsi que je me suis décidé de mettre en place  Karibu Jeunesse Nouvelle pour développer davantage cette expression ,pour développer davantage le débat citoyen entre les jeunes entre les femmes car j’ai pensé qu’avec la radio tout le monde ne pouvait pas y accéder et moi j’ai pensais qu’travers le tribune d’expression populaire ;le cafés de  jeunes ;les matinées  les jeunes et le femmes pouvais donner leur point de vue sur les questions qui se déroulent dans la communauté … »a-t-elle ajoutée 

Quid de Karibu Jeunesse Nouvelle

Pour  Jolly Kamuntu la mission de Karibu Jeunesse est de promouvoir le leadership et l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes avec comme vision d’avoir une jeunesse fortes mentalement et économiquement et qui se prend en charge en résistant aux manipulation et qui contribue au développement de la république démocratique du Congo

: « J’ai travaillé aussi dans le secteur de la protection de l’environnement et  l’assainissement en initiant les jeunes à planter les arbres dans leur milieux respectifs ; On initie aussi le travaux communautaire dites salongo ;On travaille également dans le secteur de la nouvelle technologie et de la communication en redonnant le gout de la lecture à la jeunesse mais également dans la promotion de la culture, sport et de loisirs »

C’est pourquoi madame Jolly Kamuntu croit a une société ou la jeunesse et la femmes sera capable de  se prendre en charge en jouant  correctement leur rôle dans la gouvernance locale et qui contribue à l’établissement d’un Etat de droit :

« Je rêve de jeunes qui deviennent des dirigeants complets qui sont étoffés mentalement ,psychologiquement  et économiquement qui par exemple lorsqu’ils embrassent la carrière politique ça ne sera pas des jeunes qui cherche la vie là-bas en volant et remplir les poches mais que ça soit des jeunes dont l’expérience passée dans la pauvreté ,dans la recherche de la vie difficilement leur permet de construire un pays où on respecte le droits de l’homme ;un pays ou l’on respecte la femme où on reconnait que le pouvoir c’est l’équité du genre et enfin je rêve un monde ou la femme sera associée à la gestion de la cité parce qu’aujourd’hui vous conviendrais avec moi que les femmes prennent au moins quatre vingt pourcent de la vie au foyer et si on reconnait cette force aux femmes pourquoi ne pas le reconnaitre dans la Respublica » conclut madame Jolly Kamuntu

Par Loni Irenge Joël avec Fulgence Rukata

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
21 × 1 =


Bouton retour en haut de la page
Fermer