Assainissement

Bukavu: «Les détenteurs des kiosques et containers autour de la poste ont encore 48h pour les dégager!». Meschac Bilubi

Alors que l’ultimatum lancé aux détenteurs des kiosques autour du bâtiment de la poste pour les évacuer expire ce mardi 21 janvier, le maire de Bukavu Meschac Bilubi Ulengabo leur accorde encore 48h c’est-à-dire qu’ils ont jusqu’au 23 de ce mois pour vider le lieu.

Meschac Bilubi leur a signifié cela à l’issu des quelques travaux communautaires effectués par les jeunes leaders de son parti politique le Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie, PPRD Sud-Kivu, auxquels il était invité. Ces travaux ont été effectués autour de la poste, non loin du bureau de la commission électorale nationale Indépendante CENI/Sud-Kivu. Il s’est agi du ramassage des immondices autour de la poste. Bilubi rappelle que cet endroit doit garder sa bonne image d’antan et que les propriétaires des kiosques érigés autour du bâtiment de la poste doivent les dégager d’eux-mêmes avant que l’État ne s’en charge. «Où devrons-nous amener ces Kiosques?» lui demandaient les utilisateurs de ces Kiosques, qui veulent que le maire leur donne un endroit où ils peuvent les placer. Réponse du maire: «Ramenez-les là où ils étaient bien avant car ils n’étaient pas là, ils doivent dégager, full stop!»

Visiblement, l’ultimatum lancé par le maire de Bukavu depuis une semaine n’a inquiété personne car, comme on peut le constater, aucun kiosque n’a bougé d’un seul centimètre autour de ce bâtiment. Reste à savoir si ce délai de 48h sera cette fois-ci respecté.

Le maire de Bukavu dans les viseurs de la société civile de Kadutu

Elle l’accuse de beaucoup de griefs parmi lesquelles la mégestion et l’incapacité à faire exécuter ses décisions. Une pétition contre le maire circule d’ailleurs dans la ville de Bukavu depuis deux semaines. Toutes ces accusations ont été balayées d’un revers de la main par Meschac Bilubi, qui rassure que sa présence à la mairie «est une chance pour la ville de Bukavu» qui devrait profiter de son expertise. Il appelle à la collaboration de tout un chacun pour sauver l’image de la ville.

Surnommée jadis «Bukavu la belle», plusieurs citoyens qualifient depuis plusieurs années le Chef-lieu du Sud-Kivu de «Bukavu la poubelle». D’aucuns croient que l’actuel maire de Bukavu n’a aucune baguette magique pour changer les choses en peu de temps, lui qui est là depuis seulement deux ans. Peu importe, d’autres estiment que le maire devrait fournir plus d’efforts pour faire ressentir son autorité en tant que numéro Un de la ville, surtout dans la lutte contre l’insalubrité en commençant par exemple, par chauler le bâtiment de la mairie.

Par Mitima Delachance

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
22 ⁄ 2 =


Bouton retour en haut de la page
Fermer