Justice et Droits humains

Bukavu : les étudiants de l’ULGL outillés sur la cybercriminalité et son lien avec le code pénal !

Actuellement en République Démocratique du Congo en géneral et dans la province du Sud-Kivu en particulier la numérisation croissante ouvre la voie à la cybercriminalité qui devient de plus en plus une menace pour la société.Dans le soucis d’édifier le public la gestion des infractions découlant de l’usage des outils informatiques,l’Université Libre de Grands-Lacs (ULGL) vient d’organiser ce samedi 17 Avril 2021 en ville de Bukavu,une conférence scientifique sous le théme :« la cyber-criminalité en RDC: Quelle politique criminelle de gestion des infractions commises à la suite de l’utilisation ou manipulation des outils informatiques ?»,

A en croire le professeur Médard Luyamba Walemba,l’un des grands pénaliste congolais,doyen honoraire de la Faculté de Droit de l’Université de Lubumbashi,avocat géneral prés le conseil d’Etat et moderateur du jour dans cette conférence scientifique,le monde est devenu un village planétaire grâce au développement de la technologie qui a favorisé la naissance de nombreux vices dans la société contemporaine au nombre desquels figure la cybercriminalité

« la cybercriminalité c’est un phénomene criminel nouveau et dangereux auquel L’état congolais doit faire face car non seulement l’ outils l’informatique a permis à ce qu’il y ait développement des affaires au sein de la République et cet outils informatique à amener beaucoup de défis dans le fonctionnement de l’état congolais, d’où il y a lieu que le gouvernement puisse réflechir davantage de voir dans quel mésure obtenir une réponse adéquate dans cette question pour obtenir une légifération contre ce comportément qui est contraire à l’ordre public qu’on appelle cybercriminalité »

Par ailleurs notre source fait savoir que l’arsenal juridique congolais n’est pas encore disponible pour répondre à cet impératif car plusieurs propositions des lois sont encore en chantier sur cette thématique pour mettre fin définitivement à cette pratique.

Ceci tout en insinuant que la justice congolaise est sur pieds pour administrer la preuve en cas des necessités et dans la mésure du possible remettre l’ordre public car elle regorge à son sein un capital humain trés bien formés capable d’agir en toute énergie et sans aucune complaisance

« En attendant il y a une législation sur le plan monétaire de 2018 qui a été mise en place où il y a lieu dans la mésure du possible différentes infractions qui ont été prévues dans ce texte des lois puisse être inclus dans le code pénal ordinnaire pour qu’on essaie de poursuivre et de réprimer ce comportément qui serait contraire à l’ordre public »

De son coté Me Pappy Kajabika, doyen de la faculté de Droit de l’Université Libre des Grands-lacs (ULGL)indique que cette conférence scientifique avait pour objectif de mettre les étudiants au diapason de cette thématique d’actualité et trés sensible avec les nouvelles technologies de l’information mais surtout leurs inciter à faire de recherches

« la question de cybercriminalité est nécessaire dans la mesure où elle rentre dans la nouvelle technologie de l’information et la communication car on s’aperçoit que le monde est entrain d’être agiter par les nouvelles technologies qui sont l’internet,le télephone,l’ordinateur et les autres outils et ne pas aborder cette question c’est vraiment manquer un rendez-vous de haute fracture car tout ce qui se passe actuellement que ca soit instagram, WhatsApp, Facebook et autres plateformes informatiques ont un lien avec le droit pénal afin d’améner les étudiants à mener les recherches sur ces questions pour nourrir les projets de lois qui existent déja sur la table des députés car ce sont les recherches des étudiants qui vont devoir orienter les députés afin que ces derniers puissent prendre une loi qui va gérer la question de cybercriminalité à travers notre pays»

En somme,c’est pourquoi le professeur Médard Luyamba Walemba interpelle la jeunesse de faire attention avec l’outils informatique malgré son utilité pour la communication mais il est aussi dangereux car il peut porter atteinte à la vie humaine,la liberté de citoyens en causant destruction massive ainsi que plusieurs infractions qui peuvent nuire au développement du pays

Avec Fulgence Rukata

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
3 + 6 =


Bouton retour en haut de la page
Fermer