Sécurité

Bukavu :Un terrorisme sans nom pousse à plusieurs questions dans l’opinion !

Depuis un mois des braquages des hommes à mains armées prennent une allure vertigineuse dans la ville de Bukavu avec mort d’homme. Face à l’ampleur de cette situation et avec l’impuissance avérée ou prétendue des forces de l’ordre, la population bukaviennne à se trouve devant plusieurs hypothèses : « Ces bandits de grand chemin viennent d’où et où trouvent-ils les armes ? toutes ces questions restent pendantes et laisse confus plus d’un observateur.

Le dernier scénario en date est la soirée du dimanche 20 Septembre au quartier Mosala dans la commune de Kadutu à côté de l’hôpital général de Référence de Kadutu dit chez «Bulambo», un braquage effectué toujours dans le même mode opératoire; Les bandits armés apportent de gros butins tirent des balles à bout portant ou en divagation et disparaissent dans la nature sans être repérés.

Désemparés,la population de la ville de Bukavu ne savent plus à quel saint se vouer car en effet, cette situation est devenue comme une épidémie avec de citoyens sans foi ni loi qui se croient en territoire conquis et défient les forces de l’ordre.

La plus grande question est de savoir si ces individus sont ils réellement de vrais bandits ou ce sont des individus manipulés par certaines forces obscurantistes pour nuire la réputation de ceux à qui la sécurisation du pays est confié ?Autant d’interrogation qui conduisent à plusieurs réponses avérées ou erronées.

« Nous ne comprenons pas comment des bandits peuvent opérer à 18h et 19h dans une ville où il y a des forces de sécurité comme Bukavu » s’estomaque un habitant de Bukavu

Des observateurs avisés constatent que ces braqueurs impénitents donnent l’impression d’avoir une bonne maîtrise du système sécuritaire de la ville de Bukavu et savent où, quand et à quel moment ils doivent opérés pour ne pas être repérés, la preuve en est que jamais ils ont été surpris dans leur sale besogne, mais également un autre élément qui surprend plus d’un observateur est le degré de renseignement que détiennent ces malfrats qui manifestement savent ceux qui ont l’argent sur eux et à telle date.

C’est pourquoi eu égards à tout ceux qui précède, certains bukaviens renvoient logiquement à une forme de complicité passive qui ne dit pas son nom au sein de l’appareil sécuritaire de la province du Sud-kivu car cette situation sévit presque sur l’ensemble de la province.

En somme,en sa qualité de garant du bon fonctionnement de la province,le gouverneur Théo Ngwabidje Kasi est censé logiquement éclairer l’opinion sur l’impuissance de différents services de sécurité à arrêter ces bandits de long chemin qui terrorisent les paisibles populations et surtout avec la session de septembre qui s’annonce prochainement, les députés provinciaux ont un rôle à jouer pour que la lumière soit faite et prendre les décisions appropriés.

Avec Fulgence Rukata

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
19 ⁄ 1 =


Bouton retour en haut de la page
Fermer