Diplomatie

Guerre du M23/RDC: Uhuru Kenyatta veut booster le processus de paix à travers le dialogue de Nairobi 3

Le facilitateur désigné par la communauté d’Afrique de l’Est dans le processus de paix de Nairobi Uhuru Kenyatta séjourne à Kinshasa depuis dimanche après-midi. Cet ancien président du Kenya a été accueilli par des chaleureuses accolades du président congolais Félix Tshisekedi, au Palais du Mont Ngaliema dans la capitale congolaise.

Les deux personnalités ont eu un long entretien en tête-à-tête, en présence du secrétaire général de la communauté d’Afrique de l’Est, EAC, Peter Mathuki, du Vice-premier ministre, ministre congolais des affaires étrangères Christophe Lutundula et d’autres proches collaborateurs du président Tshisekedi. Au centre de leurs échanges : le processus de paix de Nairobi et le prochain round des pourparlers qui se profile à l’horizon.

Facilitateur désigné par la EAC, Uhuru Kanyatta pilote le volet politique du processus de Nairobi depuis mars 2022 au moment où il était encore président de la république du Kenya. C’est lui qui avait accueilli et organisé les deux dialogues précédents au courant de cette même année 2022 dont Nairobi I en avril, et Il en juillet.

« Au regard des nouvelles donnes de terrain notamment l’occupation des localités congolaises par la rébellion du M23 soutenue par le Rwanda, le Facilitateur entend booster le processus de paix », peut-on lire dans une dépêche de la présidence de la RDC.

Cette rencontre avec le président Félix Tshisekedi inaugure la série des consultations de haut niveau que le facilitateur kenyan entend mener à Kinshasa avec les acteurs étatiques et ceux de la société civile bien avant la tenue du troisième round des pourparlers à Nairobi prévu d’ici le 21 novembre, sauf imprévu, à en croire un communiqué de la communauté d’Afrique de l’Est publié ce dimanche sur tweeter, mais qui ne précise ni les participants, ni la durée des discussions.

Ces nouveaux pourparlers sont annoncés alors que sur le terrain, des combats se poursuivent. Ce dimanche les FARDC affirment avoir combattu les M23 et affirment les avoir repoussé côté Gikeri.

Alors que les nations unies estiment que ces nouveaux affrontements ont fait plus de 188.000 déplacés, le ballet diplomatique se poursuit dans la capitale congolaise pour tenter de désamorcer les escalades; le président en exercice de la communauté d’Afrique de l’Est le burundais Evariste Ndayishimiye était aussi attendu à Kinshasa ce dimanche soir ensemble avec Kenyatta, pour parler de la situation sécuritaire dans l’Est de la RDC.

Notez que jusque-là, l’opinion congolaise continue à rejeter toute idée de négociation qui tend à nuire à l’intégrité du territoire national, à l’intangibilité de ses frontières et à la souveraineté de la République Démocratique du Congo.

Par Mitima Delachance

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 ⁄ 15 =


Bouton retour en haut de la page
Fermer