Justice et Droits humains

RDC/Denis Mukwege : « L’arrestation et la mise en examen de Mr Roger Lumbala est un pas important pour la justice internationale et la lutte contre l’impunité..»

Après l’arrestation et la mise en examen de l’ancien chef de geurre,Roger Lumbala par le parquet antiterroriste  français à Paris.Des réactions fusent de partout pour encourager cette action visant à combattre l’impunité des auteurs des crimes graves documentés par le Rapport Mapping entre 1993 et 2003 en RDC. Occasion pour le prix Nobel de la Paix 2018, docteur Denis Mukwege de saluer cette action et plaider pour la mise en œuvre de la justice transitionnelle en vue d’une réparation des victimes.

Dans un communiqué dont copie nous est parvenue, ce mardi 5 Janvier 2020, le docteur Dénis Mukwege affirme que cette action est un grand dans la lutte contre les crimes commis dans l’Est de la RDC  et la mise en application du rapport Mapping

« L’arrestation et la mise en examen de Mr Roger Lumbala à Paris est un pas important pour la justice internationale et la lutte contre l’impunité dont des nombreux auteurs présumés congolais étrangers continuent de bénéficier » indique-t-il

L’homme de Panzi plaide également pour l’instauration de la justice transitionnelle grâce aux soutien des autres états européens pour une réparation des victimes des crimes commis dans l’Est.

« Gageons que d’autres Etats européens diligenteront aussi des procédures sur base de la compétence universelle pour des faits documentés dans le rapport Mapping et soutiendront en parallèle l’Etat congolais à initier un processus de justice transitionnelle pour garantir aux victimes leurs droits à la justice, à la vérité, à des réparations et garantie de non-réparation» ajoute-t-il

Signalons que Roger Lumbala a été mis en détention provisoire pour avoir participé, « en qualité de dirigeant » du Rassemblement Congolais pour la Démocratie-Nationale (RCD-N) à l’opération « Effacer le tableau » qui visait des populations civiles en Ituri entre juillet 2002 et janvier 2003.

« Il s’agit là d’une première mise en examen prononcée dans le cadre d’une procédure judiciaire ouverte sur la base du rapport Mapping », précise le communiqué du parquet antiterroriste français.

Par Loni Irenge Joël

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
26 × 8 =


Bouton retour en haut de la page
Fermer