Non classéPolitique

RDC: Le Premier ministre n’endosse pas les ordonnances de Tshisekedi sur les récentes nominations

Le Premier ministre congolais Sylvestre Ilunga Ilunkamba se dit « surpris » par les récentes nominations au sein des forces armées de la RDC et de l’appareil judiciaire. Une déclaration lue par son porte-parole Albert Lieke ce mardi soir indique que sur instruction du Chef de l’Etat, le Premier ministre a effectué une mission à Lubumbashi du 16 au 19 juillet 2020, après avoir confié l’intérim au vice-premier ministre et ministre de l’intérieur, sécurité et affaires coutumières Gilbert Kankonde, tout en prescrivant que tout courrier adressé au Premier ministre devrait être réceptionné à son cabinet avant toute réorientation, ou le lui joindre en cas de nécessité. regrette le Premier ministre dans cette déclaration.

“Au courant de la journée du vendredi 17 juillet 2020, alors que le conseil des ministres se tenait, plusieurs ordonnances signées par le Président de la République et contresignées pour le compte du Premier ministre par le vice-premier ministre et ministre de l’intérieur, sécurité et affaires coutumières, ont été rendues publiques sur la Radiotélévision Nationale Congolaise, la RTNC, à la grande surprise du Premier ministre, sans que l’intérimaire ne l’en ait informé préalablement”, regrette-t-il dans cette déclaration.

Ilunkamba rappelle que « le contreseing est un acte de haute portée politique et juridique qui relève de la compétence exclusive attachée à la qualité du Premier ministre, et qui ne peut se concevoir dans le cadre de l’intérim » tel que circonscrit dans la lettre qu’il a adressée à Gilbert Kankonde qui assurait son intérim.

Par rapport au gouvernement de coalition FCC-CACH qu’il dirige, le Premier ministre croit que « le contreseing constitue, au-delà de sa nature juridique, le gage des équilibres du pouvoir entre le Président de la République et le Premier ministre qui est l’émanation de l’assemblée nationale ».

Sylvestre Ilunga Ilunkamba se propose de rencontrer le Chef de l’Etat afin de tirer au clair cette situation qu’il juge “préoccupante”.

La réaction de la famille politique du premier ministre ne s’est pas fait attendre ; dans une déclaration faite à l’issue de la conférence des Présidents des regroupements politiques qui composent le Front commun pour le Congo FCC de l’ancien Président Joseph Kabila , ils dénoncent la violation de la Constitution en ses articles 79 et 92. Toute fois, ils disent être engagés  à contribuer à la bonne marche de la coalition et des institutions de la République. Le FCC encourage aussi le Premier ministre à rencontrer le Président de la RDC pour « tirer les choses au clair », comme lui-même l’avait déjà dit dans sa déclaration.

Par Mitima Delachance

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
17 − 15 =


Bouton retour en haut de la page
Fermer