Sécurité

Sud-Kivu : Des habitants de Sange exigent la « permutation » du bataillon spécial commando basé chez eux

La circulation reste perturbée ce vendredi 31 juillet depuis tôt le matin sur la route nationale numéro 5 à Sange dans le territoire d’Uvira, après la mort de 12 personnes tuées par un militaire des forces armées de la République Démocratique du Congo FARDC présumé ivre jeudi soir vers 20h. Les corps des victimes ont été étalés sur la route.

Des jeunes en colère ont brûlé des pneus sur la chaussée, des cris de détresse par-ci par-là dans la cité… Des habitants qui exigent le remplacement du bataillon spécial commando envoyé sur place pour lutter contre les braquages des véhicules et les attaques des villages dans la plaine de la Ruzizi.

« Nous ne parvenons pas à comprendre comment ce bataillon des FARDC qui pourtant a été envoyé sur place pour sécuriser la population, est devenu depuis quelques temps source des problèmes sécuritaires », s’étonne Willy Seremba, l’un des acteurs de la société civile de la plaine de la Ruzizi.

Après son forfait, le militaire en état d’ivresse s’est sauvé, apprend-on. Des habitants de Sange sont venus en masses pour pleurer les leurs au Centre de leur cité. Autour du feu, ils disent attendre la réaction des autorités en provenance de Bukavu, afin de transmettre leurs doléances avant l’inhumation de leurs frères et sœurs. A noter que 9 personnes ont été blessées lors de ce drame. L’armée n’a pas encore réagi; le général Banza Kabulo qui assure l’intérim du commandant secteur opérationnel Sukola 2 Sud Sud-Kivu et une équipe de la Monusco sont attendus sur place cet avant-midi en provenance d’Uvira.

Par Mitima Delachance

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
12 ⁄ 6 =


Bouton retour en haut de la page
Fermer