Sécurité

Sud-Kivu/Insécurité à Minembwe : Des forces vives sociales plaident pour le retour de la paix

Des mouvements citoyens,forces vives et organisation de la société civile du Nord et Sud-Kivu invitent le gouvernement congolais,la Monusco et l’Union Africaine à imposer la paix dans les moyens et hauts plateaux d’Uvira,Fizi et Mwenga en secteur d’Itombwe et d’autres zones frappées par l’insécurité dans l’Est du pays.Ceci pour soulager la souffrance des populations victimes de l’activisme des groupes armés.Ces derniers l’ont exprimés dans une adresse à la presse ce Vendredi 9 Juillet 2021 en ville de Bukavu dans l’Est de la RDC.

Partant du constat selon lequel,la province du Sud-Kivu est en proie à une situation tragique dans les hauts Plateaux d’Uvira,Fizi et Mwenga caractérisée par une violence inouïe semée par les groupes armés et les milices d’auto-défense qui ne cessent d’endeuiller les populations locales par des massacres en répétition, des incendie des villages,la razzia de bétails et des enlèvement devenus une monnaie courante.Ces acteurs sociaux ont juges bon d’alerter l’opinion pour exiger la sécurité dans cette partie de la province.

A en croire cette déclaration lue par l’un des militants,ces violences meurtrières qui ont commencé depuis 2017 ont occasionnées plus de 1200 personnes tuées ,300 villages incendiés et plus de 300.000 personnes déplacées internes et vers les pays voisins fuyant leurs habitations et dont tous leurs biens ont été pillés

« Pour raison d’être cibles,plusieurs habitats sont obligés de vivre dans les sites des déplacés internes à Minembwe où il y a plus de 120 .000 personnes, Bijombo autour de 200.000 et le site de Mikenge au moins 3000,selon un mémorandum de cri d’alarme signé le 20 juin 2020 à Bukavu par des organisations de la société civile et des ONGs œuvrant dans les moyens et hauts plateaux d’Uvira, Fizi et Mwenga en secteur d’Itombwe »a-t-il déclaré

Par ailleurs dans cette déclaration ces mouvements citoyens renseignent que les populations déplacées et locales des zones citées vivent dans la psychose totale à la suite des attaques systématiques et des tirs d’armes devenus récurrents depuis plus de 4 ans et dénoncent le fait que, malgré de dialogues communautaires déjà organisés, des politiciens et notables se sont acharnés sur la question sans trouver une issue favorable pour restaurer l’autorité de l’Etat dans la région.

C’est pourquoi ces mouvement citoyens demandes aux autorités compétentes précitées de protéger les populations civiles en mettant fin à l’activisme des milices d’auto-défenses et groupes armés car les raisons de cette guerre demeurent vicieuses et sans dividendes populaire tout en insistant sur le remaniement de toutes les troupes de Forces Armées de la République démocratique du Congo « FARDC » et tous les agents des renseignements civiles en fonction dans les hauts plateaux Minembwe afin de restaurer la confiance des populations locales avec les autorités

Pour rappel cela fait des années que la situation sécuritaire est instable dans les hauts plateaux de Minembwe avec des violations graves de droits de l’homme qui seraient commises d’une part par l’armée congolaise, les groupes rebelles Mai-Mai en coalition avec les groupes armés étrangers entre autres les FNL, Red Tabara et Forebu d’autre part par les milices Twigwaneho et Gumino actives dans la zone

Avec Fulgence Rukata

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
6 − 5 =


Bouton retour en haut de la page
Fermer