société

Theresa Akonkwa Ndanda parmi les rares étoiles du mannequinat Bukavien

C’est du haut de son mètre 70 et de ses 22 ans que Theresa Akonkwa Ndanda connue sous le pseudo de «Theresa Philjos » sort de l’ordinaire pour exercer le mannequinat en vue de montrer au public que c’est possible de vivre de ce qu’on aime.Dans un entretien avec votre journal, cette étoile montante du mannequinat partage son expérience et d’amples détails sur sa passion pour la mode.

C’est en 2018 que Theresa a fait ses premiers pas dans le mannequinat pour exprimer son amour à la mode et son engagement à porter haut cet art longtemps négligé par plus d’un par ignorance.

Inspirée par Naomi Elaine Campbell, mannequin britannique et Kendall Nicole Jenner, mannequin américaine, Theresa fait de son mieux pour redonner de la valeur à ce métier au Sud-Kivu grâce à l’engagement et au courage de la jeunesse dans ce secteur.

« C’est un art que beaucoup des gens négligent et sous estiment. Je veux le promouvoir, prouver au monde que y a pas que tel ou tel qui peut le faire(…) Le message que je passe est de pousser les gens à oser montrer ce qu’ils savent »

Vue de la mannequin Bukavienne Theresa

Dans sa gibecière, on compte la participation à plusieurs rendez-vous de la mode en ville de Bukavu comme : « Foire Internationale des Arts et créativité (FIAC), Fashion Show les deux premières éditions, Liputa Fashion Show» et le tout dans le but d’aller plus loin par la participation à plusieurs autres défilé en hommage aux talents cachés :« Je veux dépasser le stade au quel je suis et défiler dans les plus grands podiums »

Vue de Theresa lors d’un défilé de « Liputa Fashion show» en ville de Bukavu

Comme toute rose pousse au milieu des épines,cette mannequin exceptionnelle connaît plusieurs problème dont la méconnaissance de sa profession et le mauvais jugement de sa société à l’égard des filles dans ce secteur.

Malgré ces défis, Theresa fait son mieux pour mener à bien sa carrière et inspirer d’autres à changer l’image du mannequinat en RDC

« Certaines personnes nous traitent des débauchées,des ratées et d’autres mauvais jugements mais je prends ça sur moi pour pouvoir continuer dans ce que j’aime »

En somme,cette jeune mannequin croit au décollage de cette profession et invite les autres à oser malgré les différents problèmes qui rongent ce beau métier « Il faut juste d’oser et savoir prendre des risques pour ce qu’on aime» conclut-t-elle

Par Loni Irenge Joël

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
20 + 15 =


Bouton retour en haut de la page
Fermer