Santé

Bukavu :« briser le tabou sur la menstruation» au centre d’un café jeune organisé par Karibu Jeunesse Nouvelle (KJN)

L’association Karibu Jeunesse Nouvelle vient de sensibiliser des jeunes filles et garçons de la commune de Bagira et d’autres parties de la ville de Bukavu sur l’hygiène menstruelle et la lutte contre le tabou qui entoure cette question cruciale de la ville de la femme.C’était le vendredi 28 Mai 2021en marge de la journée internationale de l’hygiène menstruelle.

Pour madame Jolly Kamuntu, coordinatrice de Karibu Jeunesse Nouvelle(KJN),ce café jeune fait partie des objectifs de sa structure.Parmi ces objectifs on note : La promotion du débat citoyen entre les jeunes et les femmes sur les differents sujets comme la bonne gouvernance,les droits de l’homme et la santé sexuelle de la réproduction.

« C’est une activité de routine pour KJN et on a pensé qu’à l’occasion de la commémoration de cette journée il était bon que les jeunes filles et les jeunes garçons échangent autour de ses thématiques mais surtout un message interpellateur surtout par rapport à nos mentalités au niveau de la famille et de la communauté car la question de l’hygiène menstruelle au niveau de la communauté est considerée comme un tabou pourtant plus on en parle la jeune fille connait comment ça se passe,comme elle se comporte et comment rélever le défis»

De son côté, l’orateur du jour docteur Olivier Kabarati,medecin specialisé dans la santé de la réproduction à expliqué aux participants le cycle mensuel ; l’hygène intime avec un focus sur les gestes à éviter avant de chuter par les règles pratiques pour une bonne hygiène menstruelle

« En moyenne le cycle menstruel dure 28 jours cependant on peut avoir des cycles trés courts de 21 jours et un cycle trés long de 35 jours et pour calculer sa date de règle, celle-ci ci demarre le prémier jour et se termine la veille du prémier jour des règles suivantes»

Signalons que KJN a plaidé à l’issue de cette rencontre avec la jeunesses pour la mise en place des politiques publiques pouvant prendre en charge la gestion de l’ hygiène menstruelle d’où l’impératif pour les ministères en charge de la Femme,Famille enfants,du Genre et de la Protection des Enfants,de l’Education nationale, et de la Santé ainsi que de l’Action sociale de s’investir dans ce sens à l’instar d’autres problèmes de santé publique

Par Loni Irenge Joël avec Fulgence Rukata

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
28 − 14 =


Bouton retour en haut de la page
Fermer