Éducation

Sud-Kivu/Covd-19 : Les élèves déterminés à exiger la reprise des cours dans le respect des mesures barrières

Les élèves de la province du Sud-Kivu dans l’est de la République Démocratique réunis au sein de leur collège provincial exigent la reprise des cours ce 8 Février 2021 à l’instar d’autres élèves des provinces non touchées par la pandémie de la maladie à corona virus qui sévit au pays. Cette affirmation est contenue dans une déclaration rendue publique ce mercredi 3 février 2021 dont copie est parvenue à votre rédaction ce mercredi 3 Février 2021.

Selon le contenu de ce document les élèves de la province du Sud-Kivu désapprouvent ce qu’ils qualifient de décisions suicidaires des autorité du pays qui détruisent à fond le secteur éducatif estimant que ce dernier est sacré

« Il nous parait impossible de comprendre le paradoxe politique selon lequel , notamment des marchés occasionnant des rassemblements des dizaines des milliers des personnes sans aucune mesures barrières, des bistrots(….)Pourtant d’autres secteurs de la vie sont opérationnels, une interrogation se pose, est-ce dans seul le secteur éducatif où il y a pandémie à corona virus pour qu’enfin notre éducation soit absorbée par des retombés politiques » Peut-on dans cette déclaration

Par ailleurs dans cette déclaration ces élèves constitués essentiellement de doyens des différentes écoles de la province du Sud-Kivu déplorent que l’école soit considérée comme le seul milieu propagateur de la pandémie à corona virus et estiment que cette décision aurait comme seul objectif de nuire à l’éducation des enfants :

« Nous sommes enfin tentés de penser que l’histoire de la fameuse covid-19 aurait comme unique cible élèves et étudiants pourtant ces derniers étant par essence intellectuel et pratiquement bien placés pour respecter et faire respecter les mesures barrières » renchérit ce document

C’est pourquoi ces élèves de la province du Sud-Kivu font savoir que les autorités tant nationales que provinciales annihilent l’éducation en suspendant sine die les activités scolaires dans le but de sacrifier leur éducation et promettent les actions de grande envergure au cas où il n’y aura pas la reprise des activités scolaire au plus tard le 8 février 2021

« Loin de nous l’idée de commencer nos revendication par le chemin de la rue ; Nous vous faisons savoir qu’à défaut de la prise en compte et l’application de nos revendication jusqu’au 8 février 2021,Soyez conséquentes chères autorités car des actions de grande envergure que plus de 500 000 élèves de la province du Sud-Kivu vont entreprendre jusqu’à ce que vous cessiez de menacer notre éducation »conclut ce document

Avec Fulgence Rukata

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
15 × 8 =


Bouton retour en haut de la page
Fermer