Politique

Sud-kivu/Assprov: Le discours d’ouverture de la session de Septembre fait débat

Le président de l’Assemblée provinciale du Sud-kivu, Zacharie Lwamirha a prononcé le Mercredi 30 septembre, son traditionnel discours d’ouverture de la session de septembre devant les députés provinciaux et des invités venus pour la circonstance ; Cependant ce discours n’a pas fait l’unanimité au sein de l’organe délibérant de la province car certains députés ont dénoncé un discours à la fois « plein d’arrogance, innoportun et outrageant»

Pendant que le président de l’Assemblée provinciale est revenu sur les différentes actions de son institution durant la dernière session parlementaire, la problématique de la mise en application des recommandations faites au gouvernement ,les perturbations de travail dû à la pandémie de corona virus et la nécessité d’œuvrer pour la stabilité des institutions conformément au circulaire du ministre national de l’intérieur, sécurité et décentralisation.

Cependant cet appel n’a pas fait l’unanimité et certains députés sont montées au créneau à l’instar du député David Mubalama élu de la circonscription électorale de Walungu :

«Nous venons de suivre un discours plein d’arrogance et des déceptions, nous sommes déçu nous en tant que députés provinciaux et représentant du peuple, parce que nous on s’attendaient à un discours d’humilité car la population n’a rien vu.Au fait rien voir c’est parce que le bureau de l’assemblée provinciale depuis le mois de Janvier n’a organisé aucune plénière,voilà bientôt déjà 9 mois, aucune activité réalisée , aucune plénière,mais entre temps on vient avec un discours qui montre une certaine satisfaction face à une population qui continue à souffrir »a-t-il affirmé.

Même son de cloche pour l’élu de la ville de Bukavu Homère Bulakali , qui fustige un discours qualifié d’intimidation à l’égard des députés provinciaux,une fuite en avant et plaide pour un bureau qui sera à la hauteur des attentes du peuple compte tenu des problèmes qui gangrènent la province du Sud-kivu

«En disant qu’il ne veut faut pas qu’on déstabilise les institutions ça veut dire qu’il a une crainte et moi je ne dis pas que c’est une pression, j’estime que c’est un aveu. il comprend que les institutions qui ne fonctionne pas bien ne doivent pas être soutenues.Vous savez qu’à deux reprises nous avons demandés la tenue d’une session extraordinaire qui n’a pas eu lieu, nous avons une pétition en cours que nous voulons porter jusqu’à la fin. je trouve que c’est normal que le président puisse faire une fuite en avant, qu’il puisse trembler parce que c’est lui qui est menacé, c’est sa gestion calamiteuse qui est menacé raison pour laquelle il a dit ça et qu’il ne nous intimidé pas »a-t-il ajouté.

Par contre le député Jérémie Basimane, élu du territoire de kabare se réjouit du discours du président de l’Assemblée provinciale du Sud-kivu qu’il qualifie d’espoir car il a touché l’assentiment de députés provinciaux, tout en faisant une mise au point sur la demande de la stabilité des institutions qui semble prêter à confusion dans l’opinion :

«Nous avons suivi ce message, c’était un très bon discours que nous députés provinciaux nous avons beaucoup aimés et la population aussi a aimée parce que nous avons les réactions de la population, néanmoins le discours tel qu’il l’a dit , qu’il faut la stabilité des institutions c’est une bonne chose car ça vient de la haute hiérarchie mais dans le même message qu’il a évoqué,il a aussi montré qu’il faut que les contrôles de fassent. C’est à dire on doit contrôler les institutions car la stabilité ne veut pas dire laisser faire ou laisser les choses se dérouler très mal mais plutôt il faut contrôler et la où ça ne vas pas il faut corriger »a-t-il souligné.

En attendant pour certains observateurs et analystes politiques, cette session de Septembre à l’assemblée provinciale du Sud-Kivu s’annonce déjà de tous les suspens et le décor de débat houleux lors des plénières risque d’accoucher à plusieurs éventualités.

Entre temps la population observe et attend que les élus répondent à leurs aspirations les plus profondes en leur qualité de représentant du peuple.

Avec Fulgence Rukata.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
20 × 12 =


Bouton retour en haut de la page
Fermer