Justice et Droits humains

Sud-Kivu : Karibu Jeunesse Nouvelle (KJN) dresse un tableau sombre des violations des droits humains entre Février et Avril 2021

La situation sécuritaire n’a pas eté bonne en la province du Sud kivu dans l’Est de la RDC durant la période allant de Fevrier en Avril 2021.Cette confirmation est de l’association sans but lucratif Karibu Jeunesse Nouvelle (KJN) ce 25 mai 2021 lors de la présentation du rapport de monitoring des droits humains.

Un rapport dressant un tableau sombre de la situation sécuritaire qui a prévalu dans la province territoires par territoires et caractérisé par des attaques de bandits armés,les braquages de véhicules, l’éxtorssion des biens ,l’enlèvement de personnes ainsi que la justice populaire.

A en croire ce rapport plusieurs cas de violation de droits de l’homme ont été enregistrés dans les differents territoires de la province du Sud-Kivu ainsi que dans la ville de Bukavu en proie à l’ activimes de plusieurs groupes armées dans quelques territoires,les meurtres ciblés de civiles,les pillages de betailles ainsi que le déplacement forcé de la population

«Dans le territoire d’Uvira,la plaine de la Ruzizi reste dominée par l’activisme de groupe Mai Mai qui s’illustrent dans le pillage de betails »peut-on lire dans ce rapport

Dans ce rapport,la justice populaire etait en recrudescence durant cette période et en particulier dans le territoire d’Idjwi où les présumés bandits ou sorciers sont tout simplement lynchés par la foule sans aucune forme de procès

« A Idjwi dans la semaine allant du 8 au 13 fevrier 2021on a signalé le vindict populaire communement apelé justice populaire,dans la chefférie Ntambaka,il ne se passe plus une semaine sans qu’on enregistre le cas de justice populaire et cela dans ce différents groupements;Au courant de cette periode deux présumés voleurs et une presumé auteure de la mort d’un bébé ont échappés à la justice populaire grâce à une intervention de la PNC dans le groupement de Mugote,de même dans les villages Chegera deux femmes présumées, sorcières ont échappées à la justice populaire grâce à l’intervention musclée des agents de la police nationale congolaise malgré le jeux des pierres qu’ils ont essuyé sachant qu’au courant de cette période le bilan s’est averé trop lourd » renseigne ce rapport

Par ailleurs dans ce rapport l’organisation Karibu Jeunesse Nouvelle a rapporté que s’agissant des atteintes et droits de liberté un cas a été signalé dans la ville de Bukavu

« Le matin de ce 27 avril 2021vers 5h du matin la population de la commune de Bagira s’est levée en colère,la route quittant la commune de Bagira vers le territoire de Kabare a été barricadée par la population en furie qui ont mis le feu sur le déchets en exigeant la délocalisation du depotoir,la raison de cette maniféstation est que la population protestait contre le maintien de ce depotoir public au quartier Nyakavogo qui degageait une odeur nauséabonde au milieu d’habitation et qui mettait en danger la santé de la population avoisinante,la population a barricadé la route à partir de 5h jusqu’à ce que les policiers sont venus et ont dispersés celle-ci avec des balles réelles et l’on a signalé également que les élèves de l’ école primaire Bangu située tout prés de cet endroit n’avaient pas eu droit au cours ce jours là » rencherit ce rapport

Vue des participants à la réunion de monitoring organisée par KJN à Bukavu

Quant à l’insécurité et la criminalité la ville de Bukavu est en tête des tueries et attaques des domiciles avec plusieurs cas répertoriés.

«Un policier avait tiré sur un jeune garcon d’environ 26 ans le lundi 3 Mai 2021dans le marché Beach muhanzi côté de Bondeko au quartier Nkafu dans la commune de Kadutu et selon les informations recueillies par les sources sur place renseignent que ce jeune garcon voulait ravir un sac à main à une femme alors le policier voulait intervenir s’est vu agressé par ce jeune qui voulait meme lui ravir l’arme et ces dispute ont conduit un policier à tirer sur ce jeune qui a été atteint par la balle à la tête et est mort sur place» poursuit ce rapport abus et violation de droits de l’homme

Ce rapport de Karibu Jeunesse Nouvelle(KJN) n’est pas exhaustif mais un reflet de la situation sécuritaire qui est toujours préocupante dans la province et constitue : «une interpellation aux autorités competentes pour qu’elles trouvent une solution définitive et durables à ces problemes qui mettent à mal la quiétude de paisibles citoyens»

En rappel le monitoring des droits humains dans la province du Sud-Kivu est le résultat du projet « Mise en place d’un centre de monitoring des droits humains et renforcement des capacités des O.S.C du Sud-Kivu» sur le plaidoyer et est executé par Karibu Jeunesse Nouvelle (KJN) et son partenaire National Endowment for Democracy(NED)

Par Loni Irenge Joël avec Fulgence Rukata

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
4 × 30 =


Bouton retour en haut de la page
Fermer