Sécurité

Minembwe : L’armée congolaise promet « des opérations musclées » pour restaurer la paix

Dans un communiqué signé lundi le 12 juillet, les forces armées de la République Démocratique du Congo condamnent avec véhémence les actes répréhensibles et les atrocités que commettent des groupes armés à Minembwe , en territoire de Fizi dans la province du Sud-Kivu, et promettent se sévir.

«Depuis quelques semaines, la coalition terroriste baptisée Mouvement Fédéral pour la Révolution et la Démocratie, MFRD, regroupant les mouvements armés locaux Makanika, Twirwaneho, Gumino, et Android soutenus par Red Tabara et FNL, deux forces négatives d’origine burundaise, se singularise par des attaques ciblées, non seulement contre nos positions et contre les paisibles citoyens, mais également multiplie également des assassinats et tueries ciblées de nos militaires pourtant chargés de la protection de tout le monde», regrette le Général Major Kasonga Léon Richard, porte-parole des FARDC qui signe ce communiqué.

Le porte-parole de l’armée congolaise rappelle que les 10 et 11 juillet dernier ces forces négatives ont tenté sans succès d’investir l’État-Major de la 12ème brigade de réaction rapide et le centre de la cité de Minembwe qu’ils ont attaqué par deux fronts, du coté de l’aérogare de Minembwe mais aussi au sud à partir de la localité de Molima, en perspective de faire jonction avec leurs collègues actifs au Nord de Minembwe dans le but de libérer un certain, Bonfils Rutebuka, arrêté pour trafic d’armes et munitions et déféré devant la justice militaire pour répondre de ses actes.

L’armée congolaise déplore l’assassinat de 3 de ses hommes en l’espace de 5 jours, la dissimulation du corps de l’une des victimes abattues ainsi que le vol d’armes, de munitions et de matériels de transmission que détenaient les militaires dans l’exercice de leur métier.

Ainsi, elle porte à la connaissance de l’opinion tant nationale qu’internationale qu’en dépit de tous les efforts et sacrifices consentis et de toutes les tentatives pour ramener les brebis égarées à la raison, «cette coalition terroriste a dépassé la ligne rouge», selon les termes de ce communiqué.

«A dater de ce jour, les FARDC vont, quoi qu’il en coûtemener des opérations musclées pour mettre un terme à ce désordre, désarmer par force et éradiquer indistinctement de manière définitive tous les groupes armés qui endeuillent notre peuple, afin de rétablir l’ordre public, restaurer la paix et l’autorité de l’État en vue de mieux protéger nos populations à Minembwe, et les environs».

Cependant, l’armée congolaise indique que toutes ces opérations seront conduites dans le strict respect des droits de l’homme, du droit international humanitaire et de règles d’engagement.

Lors du conseil provincial de sécurité qu’il a présidé à sa résidence officielle de Nyofu lundi le 12 juillet à Bukavu, le gouverneur du Sud-Kivu Théo Ngwabidje a félicité les efforts fournis par les FARDC pour rétablir l’ordre et la sécurité à Minembwe.

A cette occasion, le ministre provincial chargé de l’intérieur et sécurité Lwabandji Lwasi Ngabo a rappelé que seuls les FARDC et la police sont autorisées à porter les armes et que les FARDC et que ceux qui vont résister seront désarmés de force.

Par Mitima Delachance

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
18 × 10 =


Bouton retour en haut de la page
Fermer