Alimentationsociété

Sud-Kivu: le PAM sollicite les Médias pour la visibilité de ses actions humanitaires

Pour renforcer la visibilité de ses actions humanitaires dans la région, le Programme Alimentaire Mondial (PAM) a besoin de travailler en collaboration avec la presse locale (médias locaux).

C’est ce qu’a fait savoir Claude Kalinga, le chargé de la Communication de cette ONG en RDC dans un Briefing tenu devant la presse ce lundi 27 Novembre 2023. Pour lui, le partenariat avec les médias est d’une importance capitale pour informer de « manière claire et précise » sur les opérations que mène le PAM, au Sud-Kivu en particulier.

Il indique que les journalistes comme partenaires de cette organisation, devraient être informés sur ses activités au Sud-Kivu. Cela, pour permettre d’en produire des reportages sur ce que fait le PAM en faveur de la population.

« Le PAM, dans le Sud-Kivu a deux axes principaux : il y a des activités liées aux urgences, où, le PAM distribue de la nourriture aux personnes vulnérables (les déplacés notamment). Et il y a aussi des endroits où il distribue du cash. Nous sommes aussi sur l’autre axe qui porte sur les projets de résiliences. Ici c’est un projet qui a un pied dans le développement. C’est-à-dire en collaboration et en partenariat avec la FAO et l’UNICEF » Explique-t-il.

« Le PAM assiste les petits producteurs agricoles. Donc, au lieu de leur donner du poisson, nous leur apprenons à pêcher tout simplement » Ajoute Claude KALINGA.

Il cite les activités liées aux urgences et celles liées à la résilience parmi les principaux axes où  le PAM intervient. Notamment l’appui en vivres et en « cash » en faveur des victimes des conflits armés et catastrophes naturelles. Mais aussi l’appui aux petites activités de production dans certaines parties de la province.

Avec l’apport des médias locaux, le PAM espère sensibiliser davantage la population, et attirer l’attention de la Communauté Internationale affirme son chargé de communication.

« Il est crucial de les rencontrer, d’échanger avec la presse, afin de lui fournir tous les outils nécessaires pour des reportages informatifs et pertinents. Le besoin de communication transparente et efficace est d’autant plus important dans une région comme le Sud-Kivu, où les populations sont confrontées à des défis humanitaires majeurs. La faim, la violence et les déplacements forcés sont autant de problèmes auxquels les habitants font face quotidiennement. » A conclu Claude Kalinga.

Rappelons que le Sud-Kivu est l’une des provinces affectée par la guerre depuis bientôt trois décennies. Dans des telles circonstances, les organisations des Nations Unies nécessite un accompagnement dans la communication.

Par Sabrina Kinkumba

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer